Elène TINE quitte Benno Bokk Yakaar

9 mai 2017
194 Views

«La décision du président du groupe parlementaire de jeter l’éponge confirme que nous avons échoué»

L’honorable député, EléneTine, après avoir été membre de l’Afp puis de Bess Du Ñakk, vient de quitter le Bby. Et c’est sous la bannière de la coalition «MankoTaxawu Senegaal» qu’elle compte aller aux élections législatives. Les raisons de ce divorce, selon elle, ce sont, entre autres, le non respect des engagements pris lors de la seconde alternance, la signature des concessions faites sur le minier à l’insu des députés et la mainmise de l’exécutif sur le législatif et le judiciaire.

Honorable député Eléne Tine, c’est maintenant of- ficiel, vous avez quitté Bby pour rejoindre le front MankoTaxawu Se- negaal ? Je confirme que nous avons dé- cidé, mes amis et moi qui sommes membres du Mouve- ment pour un Sénégal d’éthique et de travail, de rejoindre Manko Taxawu Senegaal à tra- vers l’initiative 2017. En tant que parlementaire membre de la majorité, en 2012 nous avions des défis à relever à travers les engagements pris vis-à-vis du peuple sénégalais. Ces engage- ments devaient nous permettre, de facto, d’engager les ruptures engagées par le peuple, des en- gagements pour transformer la gouvernance parlementaire et mettre l’éthique au cœur de notre action parlementaire. La décision du président du groupe parlementaire de jeter l’éponge, avant même la fin de la législa- ture, confirme que nous avons échoué. La majorité a lamenta- blement échoué alors que le peuple du 23 juin pensait que nous allions remettre l’Assem- blée à l’endroit. Face à cela, est- ce que nous allons continuer avec le Bby pour renforcer ce qui est déjà mauvais, ou de- vons-nous essayer de voir com- ment aller vers une large alliance pour rééquilibrer les forces au niveau du parlement, à défaut de pouvoir renverser la tendance ? Mais considérons que le Sénégal a vraiment besoin de ce changement au niveau du parlement. Et pour espérer avoir ce changement, il faut qu’il y ait un rééquilibrage des forces. C’est pourquoi nous pensons que nous ne sommes pas à Manko pour renforcer qui que ce soit, eh bien non ! Nous y allons pour que face à ce sys- tème de «rawgadou» (ndlr : ma- jorité absolue des 50% + 1 de voix exprimées) qui fait que 105 députés sont élus sur les listes majoritaires, que nous puissions faire de telle sorte qu’il y ait des départements qui puissent être favorables à ce changement à l’hémicycle. Il semble que vous repro- chez beaucoup de choses à ce régime… Le premier problème de ce ré- gime est que beaucoup de problèmes auraient pu être portés par le parlement,surtout les pro- blèmes de gouvernance dans la gestion desressources minières. Car, l’Assemblée devrait impé- rativement poser des actes qui permettent aux Sénégalais de dire qu’il y a transparence. La majorité aurait dû porter ces dossiers là. Mais la majorité est à la solde de l’exécutif, c’est ce qui est visible. Il faudrait qu’on en arrive à ce que les conces- sions viennent à l’Assemblée et que les députés les votent avant qu’elles ne soient signées par le gouvernement. Deux ou trois personnes ne doivent pas décider de l’avenir de tout un peuple, de toute une nation, même s’il est le président de la République. Au Ghana, le parlement valide d’abord avant que le gouvernement ne signe les concessions. Et ce sont des questions de ce genre auxquelles nous pensions, qu’au lendemain des Assises nationales, la signature de la charte de bonne gouvernance par tous ceux quisont aujourd’hui au cœur du pouvoir, nous ferions mieux, que nous allions vers une gouvernance «sobre et vertueuse» telle que annoncée. Mais aujourd’hui, voilà que nous sommes en train de subir le pire. En quoi le peuple sénéga- lais est-il en train de subir le pire? L’exécutif est en train d’utiliser la justice pour liquider des adversaires politiques. Je me demande où est-ce que les gens étaient depuis des d’années pour convoquer Abdoulaye Baldé à la Cour de répression de l’enrichissement illicite en cette veille des élections ? C’est vraiment troublant. Khalifa Sall est en prison. Bamba Fall vient d’obtenirsa liberté provisoire.Apparemment, nous ne savons pas où nous allons. C’est pourquoi, de- puis trois ans, j’ai décidé de changer de posture au sein de l’hémicycle pour soutenir tout ce qui était bien pour le Sénégal, mais aussi, refuser d’endosser tout ce qui n’est pas bien pour le pays en tant que parlemen- taire. C’est cela que nous voulons poursuivre à traversle front MankoTaxawu Senegaal. Et que l’on ne nous dise pas que nous sommes avec le Parti dé- mocratique Sénégalais qui a été vomi par les Sénégalais. La pire racaille du Pds est en train de rallier Bby. Au nom de quoi ils ont amené la pire racaille du Pds dans le Bby ? Qu’on ne nous dise pas que le Pds et les autres sont infréquentables. Quand Macky Sall nous a rejoint en 2008, nous n’avions pas cher- ché à savoir s’il sentait mauvais parce qu’il venait du Pds. Nous avions dit qu’il fallait régler à l’époque les problèmes. De ce point de vue, aujourd’hui, nous n’avons pas de leçons à prendre venant de qui que ce soit.

Contactez-nous

Dollars



Rectangle




Leave a Comment

Your email address will not be published.