En choisissant l’opposition frontale, aussi légale soit-elle, Vous choisissez les risques qu’elle incombe. La prison est le sort réservé à ceux qui se refusent à courber l’échine. Nous sommes confrontés au brigandage et l’ennemi est puissant. A l’ordre républicain a succédé un ordre féodal dans lequel les postes ministériels tout comme ceux du HCCT sont accordés en guise de récompense à des sujets, et non à des fonctionnaires. Les fonctionnaires sont au service des citoyens or le sujet n’obéit qu’au prince. Vous payez les frais de votre détermination. Ce qu’ils ne réalisent pas, c’est que des gens comme toi et tes camarades, ont complètement démystifié la prison.  Je sais, Bamba, qu’elle ne  t’avilira pas, elle sera ta tribune.

 

Si la répression est la première forme de l’affaiblissement du pouvoir, la prison est le premier pas vers la reconnaissance de notre cause. Aucune répression ne s’abattra sur toi et tes amis si le pouvoir estime que vous ne représentez pas un danger ! La prison valide vos doléances. Acculé, dos au mur, n’ayant plus aucune réponse intelligible à opposer à ceux qui l’accusent, le pouvoir devient brutal, et ce faisant, il laisse paraître son vrai visage. La brutalité du pouvoir au Sénégal, aujourd’hui, ce sont aussi des foyers privés d’électricité, d’autres n’ayant qu’un repas par jour, ce sont des familles entières qui vivent dans un dénuement total. Le proc qui vous a arrêté a délibérément pris sur lui de violer votre droit à être assister par un avocat, parce qu’il sait que cela ne lui coûtera rien ! Il vous arrête pour avoir refuser de vendre votre âme. Ce qu’il ignore, c’est que c’est en prison que la lutte se concrétise.

 

A vos camarades qui hésitent encore à vous rejoindre, je rappellerais que l’adhésion à un parti est simple mais accéder par la compétence et le travail, aux plus hautes sphères de sa direction, est une autre histoire. Le militant sera confronté, durant son parcours du combattant, à une hiérarchie qui ne s’est pas constituée par le mérite ni par le sacrifice ni même par la volonté de vaincre mais bien souvent par les connivences du clientélisme dont les motivations sont presque toujours pécuniaires. Le régime de Macky Sall a enfanté la démocratie des opportunistes.  Les formations politiques ne se construisent plus autour d’un programme, mais simplement en vue de se « carteliser » pour mieux se partager les biens publics.  Cette attitude a fini par vider notre démocratie de son contenu et de son sens  et à faire de la politique un folklore populaire au même titre que la lutte traditionnelle. Nous ne cherchons plus à élire un homme qui aime le Sénégal, un homme qui s’identifie aux souffrances de son peuple, bien au contraire nous cherchons à nous faire une place dans un Parti qui saura, au soir d’une victoire électorale nous concéder notre part du partage des biens nationaux. Au lieu de vous libérer, les partis vous apprennent à vous soumettre à des exigences protocolaires qui sont sans rapport avec les idéaux qu’ils prônent. Vous y apprendrez à longer les murs, à protester mollement et à vous taire lorsque la hiérarchie vous l’ordonne. De sorte qu’arrivé au sommet de votre ascension il ne vous restera même plus une once de l’honnêteté qui vous animait au début de votre périple. Vous aurez alors fait trop de concessions, fermé les yeux sur trop de   transactions douteuses adhéré a  trop de compromis pour pouvoir fustiger les professionnels de la politique.

Se sachant périmé, votre Secrétaire General s’arrime pathétiquement aux portes de l’inéluctable cimetière politique. Refusez de le suive et rejoignez Bamba sinon vous disparaitrez…

Avec toute ma solidarité

commenter via facebook

commenter via facebook