Sur l’autoroute des législatives de 2017 – Ce qui fâche déjà certains alliés de l’Apr

16 mai 2017
601 Views

 

Sur l’autoroute menant au carrefour des élections législatives du 30 juillet prochain, il apparait clair que certains alliés de l’Alliance pour la République affichent déjà le visage des mauvais jours. Des responsables du parti au pouvoir souhaitent soumettre un projet à leur mentor. Cela consiste à réduire le nombre des ‘’députables’’ de partis alliés pour permettre à leur formation d’être majoritaire (si elle gagne) dans la treizième législature. Sauf réglage du président de la coalition Bennoo Bokk Yaakaar (Bby), la guerre des listes aura lieu.

Par Abdoulaye Mbow (actunet.sn)

Au moment où l’on s’achemine vers les élections législatives du 30 juillet 2017, l’Alliance pour la République (Apr) est fortement minée par des guerres de positionnement, crise interne et de leadership. Autrement dit, on ne sait plus de cadeaux. Chaque leader, tout groupe tirent sur tout ce qui bouge. Ironie du sorti, c’est entre frères et sœurs de même parti que l’on se largue des bombes nucléaires. L’objectif pour chacun est de se donner les moyens de porter l’estocade, de forcer le corset à son rival. Car, faut-il le signaler, le parti au pouvoir est transformé en ring de boxe où les plus faibles seront fatalement phagocytés par les plus forts. Cette guerre ouverte a une explication, puisqu’il s’agit de se positionner ou de positionner ses affidés afin de figurer en bonne place sur les listes pour les législatives. En face, les partis alliés regroupés autour de la coalition Bennoo Bokk Yaakaar attendent d’y voir plus clair. Ce qui est certain, des formations comme le Parti socialiste (Ps), l’Alliance des forces ce progrès (Afp), la Ligue démocratique (Ld) ou encore le Parti de l’indépendance et du travail (Pit) auront bel et bien des députés comme cela a été le cas pour l’actuelle législature.

Seulement, il faudra s’attendre à quelques changements. Et pour cause, d’après des sources d’actunet, des responsables de l’Apr comptent «soumettre à leur mentor Macky Sall, un projet visant à réduire le quota de nombre d’alliés afin de permettre à l’Apr de détenir la majorité – en cas de victoire – dans la treizième législature.» Il faut rappeler que cette actuelle Représentation nationale, sur les 150 députés, le parti au pouvoir ne dispose que de 65 élus. Ce que ces responsables jugent insuffisants. De quoi faire dire à notre interlocuteur, membre d’un parti allié de Bennoo Bokk Yaakaar : «Il n’y a encore rien. Mais, nous avons entendu que des responsables de l’Apr voudraient bien travailler Macky Sall pour que le nombre des investis provenant de partis alliés soient revus à la baisse. Ce qui serait un tournant dans nos relations avec l’Apr. Et, nous ne comptons pas accepter une telle décision, si jamais elle était officialisée.» Par exemple, il s’agira de réduire les 20 députés du Ps ou encore les 21 de Bennoo Siggil Senegaal.

Allant plus loin, il révèle : «En rigolant, un responsable ‘’apériste’’ m’a déjà dit ceci ; ‘’ne croyez pas que l’on va tout vous donner. Nous avons montré que nous respections notre parole en vous donnant beaucoup de postes. Mais, pour l’Assemblée nationale, après cinq ans, il faut bien que l’on reprenne les choses en main’’. Pour, moi, cela veut tout dire. Donc, vrai ou faux, il faut bien lancer l’alerte.»

Pour un autre membre d’un parti allié assez représentatif, «il est entendu dans les couloirs que des gens veulent pousser le Président Macky Sall à prendre une telle décision. Je suis sûr qu’il ne le fera pas parce qu’il est encore et toujours dans l’optique du ‘’gagner ensemble et gouverner ensemble’’. Pour moi, compte tenu de la richesse que nous avons dans le Bennoo, l’Apr ne prendra jamais le risque d’essayer d’être majoritaire à l’Assemblée nationale. Ce qui n’est pas possible par rapport à la consistance des groupes qui composent la coalition présidentielle. Sur les futurs 165 députés, si l’on fait le calcul, il est impossible pour eux d’avoir un nombre plus élevé que l’ensemble des autres députés qui vont sortir des autres partis.» En tout cas, si tel est le cas, sauf réglage du président de la coalition Bennoo Bokk Yaakaar (Bby), la guerre des listes aura lieu.

Abdoulaye Mbow (actunet.sn)

 

 

Contactez-nous

Dollars



Rectangle




Leave a Comment

Your email address will not be published.